La programmation de L’ISSSS

L’ISSSS appuie les efforts de stabilisation dans cinq provinces de l’Est du Congo, à savoir Nord-Kivu et Sud-Kivu, Ituri, Haut-Uele et Bas-Uele. Treize (13) zones ont été identifiées et officiellement reconnues en juillet 2014 comme étant prioritaires par l’UAS, l'équipe de pays des Nations Unies, les ONG nationales et internationales, le STAREC, les représentants gouvernementaux et les représentants de la société civile de chacune de ces cinq provinces. L’ISSSS est actuellement mis en œuvre dans six zones.

Les projets pilotes

Entre décembre 2014 et août 2016, deux grands projets pilotes de l’ISSSS ont été mis en œuvre à Kalehe (Sud-Kivu) et Mambasa (Ituri) grâce au mécanisme de financement des interventions rapides (IRF) du Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix. Le budget pour l’ensemble des projets totalise 8,3 millions de dollars américains financés par le FCP et la Norvège. Les projets ont été mis en œuvre par le PNUD, l'ONU Habitat, l’OIM de même que par la FAO et l’UNESCO dans le cas de Mambasa.

Les deux projets pilotes ont été menés suite aux graves conflits qui sévissent à l’intérieur de ces zones et cela depuis de nombreuses années. Depuis le génocide au Rwanda, la région de Kalehe est devenue l’épicentre de conflits territoriaux et de lutte pour le pouvoir, aggravés par la faible présence d’acteurs étatiques (sécurité). De nombreux conflits liés à l’utilisation des terres ont été observés sur le territoire de Mambasa, notamment après la création de la Réserve de faune à okapis en 1992. Cette réserve qui abrite une faune unique d’espèces animales, mais aussi d’une abondance de ressources naturelles est devenue le théâtre de violences et d’instabilité. En raison de la faible présence et autorité de l’État dans la région, le GdRDC n’a pu prendre les mesures nécessaires pour protéger et prévenir la réserve et ses environs contre l’exploitation illicite des ressources naturelles ou de la présence des groupes armés dans son territoire.

Après une prolongation sans coûts additionnels de deux mois de la durée du projet à Kalehe et de trois mois du projet à Mambasa, les deux projets pilotes ont pris fin en août 2016. Afin de consolider les résultats et de permettre la mise en œuvre d’une stratégie de retrait, le CAN du FCS a décidé d’affecter des sommes supplémentaires aux deux projets pour une phase transitoire de 12 mois (1 million dollars américains pour Kalehe et 1,5 million dollars américains pour Mambasa).

Cliquez ici pour ouvrir les projets pilotes de l’ISSSS à Kalehe et Mambasa

Cliquez ici pour télécharger les principaux résultats de l'évaluation des projets pilotes

Les programmes de stabilisation

En 2016, trois autres programmes ont été mis en place dans Kitchanga, Ruzizi et Irumu Sud. Ces programmes ont été créés afin d’apporter des réponses spécifiques, holistiques et intégrées aux dynamiques de conflit soulevées lors de l’évaluation des besoins en situations conflictuelles.

Des efforts considérables ont été déployés par le Secrétariat de l’ISSSS pour faciliter l’appropriation des programmes par les parties prenantes locales. À cet égard, des séances de restitution ont été organisées dans les zones d’interventions prioritaires pour sensibiliser les dirigeants traditionnels, les acteurs de la société civile et les fonctionnaires locaux aux objectifs des programmes et à la nécessité d’une prise en charge locale.

Après la phase initiale d’élaboration des programmes de stabilisation, un appel de propositions a été lancé dans trois provinces (Nord-Kivu, Sud-Kivu et Ituri). Le processus de sélection est en cours dans les trois provinces et la mise en œuvre des programmes devrait commencer au cours du premier semestre de 2017.

Un processus similaire d’élaboration de programme a été amorcé dans la zone prioritaire de Beni. Avec le soutien de l’UE, une évaluation du conflit a été réalisée en mai 2016. En raison de la nature très sensible et militarisée du conflit dans cette région, une stratégie d’intervention spécifique a été élaborée par l’UAS au milieu de l’année 2016 et a été approuvée par l’équipe de direction de la mission de la MONUSCO en août 2016. Deux missions ont été déployées sur le terrain par l’UAS en novembre 2016, en vue d’identifier les initiatives de stabilisation déjà déployées ainsi que les lacunes en matière d’intervention et de coordination. La phase de programmation s’amorcera au début de l’année 2017.