Affaires civiles

APERÇU


La Section des Affaires Civiles joue un rôle crucial au sein de la MONUSCO en engageant différentes parties prenantes au niveau local et provincial sur les questions relatives à la protection des populations civiles. Elle sert d'interface entre la Mission et la population d’une part et la mission avec les autorités congolaises d’autre part.

Les Affaires Civiles travaillent au renforcement de l’engagement communautaire, des mécanismes d’alerte précoce et à la promotion de la réconciliation, y compris du dialogue et de la médiation dans le cadre de la protection des populations civiles. En outre, les Affaires Civiles soutiennent les efforts visant à renforcer la gouvernance sécuritaire participative au niveau local et œuvrent à la réduction des risques de violences électorales à travers le renforcement des capacités  de la société civile pour la promotion d’un processus électoral pacifique. La Section coordonne ses efforts au sein de la MONUSCO, avec des organisations internationales et locales, les autorités nationales et la population civile pour une meilleure appropriation nationale.

Les Affaires Civiles emploient 250 personnes déployées dans 10 bureaux de terrain et à Kinshasa. La majorité du personnel est déployée au niveau local pour aider à répondre aux défis de protection en constante évolution. Par conséquent, la Section joue un rôle clé dans le soutien du mandat de protection de la Mission en raison de sa proximité avec les réalités et les dynamiques locales.


PRIORITÉS STRATÉGIQUES


Sur la base des priorités de la Mission définies dans les Résolutions 2348 et 2277, la Section des Affaires Civiles se concentre sur les priorités stratégiques suivantes:

1) Protection des populations civiles: Les Affaires Civiles soutiennent l'approche intégrée à la protection des populations civiles adoptée par la Mission en privilégiant une approche préventive soutenue par le plaidoyer politique tout en reconnaissant la primauté de la politique et l'engagement des leaders politiques à tous les niveaux de la protection des civils. Cela comprend le soutien au nouveau concept de la Monusco -  la protection par projection. Les Affaires Civiles privilégient l'engagement communautaire et le soutien à la prévention des conflits au niveau local, y compris le dialogue inclusif et les efforts de médiation, pour atténuer les conflits prioritaires impliquant la violence ou le risque de violence, et pour renforcer les mécanismes locaux de dialogue et de médiation. L'accent est mis sur le renforcement des mécanismes de protection des populations civiles au niveau communautaire pour renforcer la résilience, les mécanismes d’alerte précoce et la gouvernance sécuritaire participative au niveau local.

La Section des Affaires Civiles adopte une approche inclusive à la protection des populations civiles, associée à une approche prenant en compte les conflits, guidée par les principes consistant à ne pas nuire (Do no harm) et de mettre en priorité l'appropriation locale. La Section, conjointement avec d'autres composantes de la MONUSCO, a développé et maintient une gamme d'outils et de stratégies pour répondre aux principaux besoins de protection dans sa zone d'opération, y compris le déploiement d’Assistants de liaison communautaires et le Réseau d’alerte précoce:

Assistants de liaison communautaire (CLA): Les Affaires Civiles gèrent actuellement 180 CLA, dont la plupart sont déployés dans les bases militaires de la MONUSCO au niveau local concentrées dans l'est du pays et dans les Kasaïs. Les CLA sont des employés nationaux, familiers avec les dynamiques locales des conflits. Ils servent d'interface entre la Mission, notamment entre les casques bleus, et la population congolaise et les autorités locales, et jouent un rôle clé dans les efforts visant à engager les communautés locales et d'autres acteurs clés. Ils aident à répondre à l'évolution des problématiques de protection. Leur travail fournit aux composantes civile et militaire de la Mission des informations  sur des zones reculées permettant de mieux comprendre les communautés locales et la dynamique sur le terrain afin de mieux répondre à l'évolution de la situation en matière de protection et de sécurité.

Réseau d’alerte précoce communautaire (CAN): Le Réseau d’alerte précoce permet aux communautés, principalement dans les zones où la MONUSCO est présente, de transmettre des alertes de protection ou des incidents à la MONUSCO pour prévenir, atténuer ou arrêter les menaces imminentes sur leurs communautés. A la suite de la réception d'une alerte, à travers un numéro de téléphone spécifique, la MONUSCO vérifie l'information et prend des mesures appropriées, ou transmet l’alerte aux acteurs locaux concernés, en particulier dans les zones où la MONUSCO n'est pas présente. Compte tenu de la réduction de la présence militaire de la MONUSCO, la section des Affaires civiles collabore de plus en plus avec les acteurs locaux et se focalise sur les mécanismes d'alerte précoce à l'appui du modèle de protection par projection.

2)  Mise en œuvre de l'Accord du 31 décembre 2016: Dans le cadre des efforts visant à créer un environnement propice à la tenue d’un processus électoral pacifique, les Affaires civiles contribuent aux efforts de la Mission pour soutenir la mise en œuvre de l'Accord du 31 décembre 2016. La section des affaires civiles s'efforce à autonomiser les acteurs de la société civile au niveau local dans leur rôle de promoteurs de dialogue et de médiation pour favoriser la tenue d’élections pacifiques. Les Affaires civiles soutiennent des campagnes de sensibilisation sur le rôle de la société civile dans la réduction de la violence en ciblant en particulier les jeunes et les femmes dans les zones les plus à risque de violence dans le contexte électoral.


PROJET CONJOINT AVEC LE PNUD ET HHI SUR LA PERCEPTION DE LA SECURITE ET DE LA JUSTICE


Depuis 2014, des sondages trimestriels recueillant la perception de la population locale sur la sécurité et la justice sont menés dans trois provinces de l'est de la RDC dans le cadre du projet de collecte de données sur la consolidation de la paix et la reconstruction. Le projet a été mis en œuvre grâce à un partenariat entre le PNUD, les Affaires civiles et l'Initiative humanitaire de Harvard (HHI) avec la participation des universités locales, notamment : l'Université Libre des Pays des Grands Lacs, l'Université Catholique de Bukavu et l'Université de Bunia.

Les données collectées à travers les sondages permettent notamment d'identifier les tendances de la façon dont la population perçoit la situation de sécurité et le rôle des acteurs de la sécurité dans les zones ciblées. Par exemple, les résultats du 11ème sondage réalisé en juillet 2017 indiquent que, globalement, la perception de la sécurité dans l'est de la RDC est au plus bas niveau en deux ans. Les sondages fournissent des informations précieuses pour la planification, la programmation et la prise de décisions pour les acteurs nationaux et internationaux. Les résultats des sondages et des analyses sont disponibles sur le site web http://www.peacebuildingdata.org.


PARTENAIRES CLÉS


Le Section des Affaires Civiles collabore à différents niveaux avec le Ministère de l'intérieur et de la sécurité ainsi qu'avec le Ministère de la décentralisation et des affaires coutumières comme principaux partenaires. Les Affaires Civiles travaillent également en étroite collaboration avec les acteurs de la société civile à tous les niveaux (réseaux, plateformes et à la base) pour les soutenir dans leur effort d'atténuer la violence et favoriser le dialogue et un processus électoral pacifique. En outre, la Section collabore avec l'équipe de pays des Nations Unies et les organisations locales et internationales pour soutenir leurs efforts humanitaires et de consolidation de la paix. OCHA et le UNHCR sont des partenaires humanitaires clés de la Section, et le PNUD est un partenaire stratégique pour la mise en œuvre du projet conjoint sur la perception de la sécurité et de la justice.