La stratégie de stabilisation (L’ISSSS)

La stratégie de stabilisation (L’ISSSS)

Bref historique

L’ISSSS et le STAREC ont été créés en 2008-2009 pour consolider la sécurité et les gains politiques à la suite des signatures des Actes d’engagements de Goma en 2008 et des Accords de paix en 2009 entre le GdRDC, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) et 14 groupes armés locaux. L’ISSSS est élaborée pour soutenir le STAREC mis en œuvre par le GdRDC, dont l’objectif est de fournir des dividendes tangibles de paix et renforcer les gains politiques.

En 2013, suite à une demande du Conseil de sécurité des Nations Unies, une stratégie révisée a été élaborée pour 2013-2017, inspirée des leçons tirées de la première phase (2008-2012). 

Depuis sa création, l’ISSSS est devenue un instrument clé pour coordonner et assurer la cohérence des interventions de stabilisation entreprises par la communauté internationale et le GdRDC.

Approche de stabilisation

L’ISSSS révisée (2013-2017) adopte une approche de stabilisation totalement différente s’appuyant sur les enseignements tirés de l’examen de la première phase (2008-2012), qui a permis de mettre en œuvre 69 projets totalisant 369 millions de dollars américains. Ce changement d’approche repose sur le fait que malgré des investissements importants, la présence des groupes armés dans l’Est de la RDC se multiplie et menace la sécurité des civils et leurs moyens de subsistance, tout en créant un climat d’instabilité généralisé de même qu’un climat de méfiance entre les communautés et l’État. Plus précisément, l’examen a permis de conclure que les réponses militaires et les solutions techniques demeurent insuffisantes pour régler les dynamiques conflictuelles complexes dans l’Est de la RDC qui touchent notamment l’interaction des dilemmes de sécurité, la mobilisation relative aux territoires et à l’identité, l’exploitation des ressources naturelles et les dynamiques régionales.

Ainsi, la compréhension contextuelle des collectivités touchées par le conflit dans l’Est de la RDC est placée au cœur de l’ISSSS révisée, qui vise à transformer le conflit en abordant ses principaux déclencheurs politiques et structurels, et ce, en s’appuyant sur une analyse approfondie du conflit. En agissant ainsi, la stratégie tente de s’attaquer aux causes profondes du conflit (dont le patrimonialisme, la fragmentation identitaire, la pression économique, la pauvreté et l’accès à la terre) plutôt que de fournir une réponse purement réactive après la fin des conflits. Plus précisément, la stabilisation est définie comme « un processus intégré, holistique mais ciblé permettant par la suite à l'État et à la société de mettre en place une responsabilisation mutuelle, ainsi que l'aptitude à traiter et atténuer les vecteurs existants ou émergents du conflit, créant ainsi les conditions propices à une meilleure gouvernance et au développement à plus long terme ».

Les piliers de l’ISSSS

Afin de répondre aux enjeux multisectoriels et pluridimensionnels, l’ISSSS révisée s’appuie sur une approche holistique composée de cinq piliers. Par ailleurs, ces piliers ont été orientés pour s’attaquer aux dynamiques conflictuelles selon une approche intégrée. Ce processus, qui cherche à mobiliser les communautés et l’État autour d’un cadre commun, alors que les programmes étaient conçus selon une approche descendante – permet à l’État d’avoir une approche ascendante – et de renforcer le pouvoir des communautés à responsabiliser l’État. Le processus vise également 13 zones prioritaires validées conjointement avec le GdRDC.

La stratégie genre de l’ISSSS

Afin d’inclure une approche sensible au genre adaptée dans la programmation de l’ISSSS, le Secrétariat de l’ISSSS a prévu des principes directeurs portant sur les questions liées au genre pour soutenir tous les membres du Secrétariat ainsi que tous les conseils de gestion du fonds et partenaires impliqués. Sont ainsi inclues des recommandations d’ordre pratique et technique sur la façon de veiller à ce que les interventions de l’ISSSS soient sensibles au genre.

Un élément central de la stratégie genre est l’obligation d’allouer un minimum de 15 % de tous les fonds aux interventions permettant de faire avancer l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Jusqu’à ce jour, tout appel à propositions a intégré cette exigence. Il est estimé que, plus les fonds seront systématiquement alloués à la promotion de l’égalité des genres, plus les besoins spécifiques des femmes, des filles, des garçons et des hommes au sein des communautés auront une incidence majeure dans le cadre des interventions de l’ISSSS.

Les principes directeurs portant sur les questions liées au genre reposent sur plusieurs exemples concrets permettant aux parties prenantes de mieux en comprendre les notions essentielles. Ce document a été partagé avec d’autres conseillers pour la problématique hommes-femmes issus d’autres missions de maintien de la paix de même qu’avec le Siège de l’ONU et ONU femmes pour faire en sorte qu’il soit harmonisé avec les outils existants.

L’ISSSS dans le cadre global pour la paix et la sécurité

L’ensemble des dispositions de l’ISSSS est étroitement aligné avec les nouvelles approches politiques promues par le Siège de l’ONU, à la suite d’un certain nombre d’examens de haut niveau réalisés en 2015 concernant les opérations de paix et les dispositions de consolidation de la paix des Nations Unies, le programme pour les femmes, la paix et la sécurité, de même que le programme pour les jeunes, la paix et la sécurité. Les objectifs définis par l’ISSSS correspondent aux principales conclusions de ces examens : les opérations de paix doivent être axées sur les politiques, les populations et les partenariats; une approche globale est nécessaire, tant en ce qui concerne les acteurs que la portée de leurs actions pour assurer le maintien de la paix; la participation et l’engagement des jeunes et des femmes sont essentiels à tous les efforts visant à créer un futur à l’abri de l’insécurité et des conflits et pour éviter la manipulation de ces groupes. La reconnaissance qu’une paix durable ne peut être obtenue uniquement par le biais de missions militaires et techniques, mais aussi par des solutions politiques, est particulièrement au cœur des objectifs de l’ISSSS.

Les rapports: